Les tendances durables qui transforment le marché

08/24/20189 Min de Lecture

Les nouvelles tendances en matière de durabilité et de technologie sont bonnes pour les affaires – et pour la planète.

La durabilité n’est pas qu’un nouveau mot à la mode. Elle donne aux entreprises une chance de prospérer et de se développer sans compliquer la vie des générations futures. Plus qu’une bonne idée, c’est une nécessité : la population de la planète est en augmentation, nous utilisons des ressources vitales et irremplaçables et nous rejetons toujours des gaz qui entretiennent le changement climatique. Nous devons adopter une vision à long terme.

L’adoption de stratégies de travail plus durables a aussi des avantages financiers : les pratiques éco-énergétiques et la réduction des émissions de carbone sont souvent rentables. Adopter la durabilité peut aider les entreprises à se rapprocher des préoccupations de leurs clients. La durabilité devrait donc être au programme pour toutes les entreprises. Voici sept aspects-clés qui influenceront les entreprises d’ici à 2020.

1. Le besoin de modèles commerciaux plus durables

Les modèles commerciaux actuels centrés sur la vente de produits et de ressources ne seront peut-être plus les plus indiqués. À la place du cycle classique « prélever-fabriquer-jeter », les fabricants se tournent vers l’économie circulaire et adoptent un point de vue plus large sur l’ensemble du cycle de vie des produits, depuis la chaîne d’approvisionnement jusqu’à la fin de leur vie. Elles font ensuite en sorte de rapprocher ces deux pôles, pour que le recyclage, la récupération de matériaux et les énergies renouvelables jouent un rôle plus important dans le processus de fabrication et d’approvisionnement. Par exemple, plus de 5 % du plastique d’une imprimante HP PageWide a été recyclé à partir de produits en fin de vie. Plus de 80 % des cartouches d’encre HP contiennent entre 45 % et 75 % de matériaux recyclés.

L’évolution vers un modèle commercial « as a service » (payable au fur et à mesure de l’utilisation) permet aussi de favoriser la durabilité, à la fois pour les fabricants, les revendeurs et les consommateurs. Les premiers bénéficient d’avantages en termes de croissance à long terme et de régularité des revenus, tandis que les derniers profitent d’une réduction des investissements initiaux et d’une meilleure évolutivité. Et comme le modèle « as a service » adopte une vision à long terme basée sur tout le cycle de vie, il devient plus facile pour tous les acteurs impliqués de traiter les questions des déchets et du recyclage. Par exemple, 47 % de toutes les technologies d’impression de bureau HP faisant partie d’un contrat de services d’impression gérés sont ensuite reconditionnées et remises sur le marché pour un second client.

2. Les plastiques dans le viseur

La diffusion de Planète bleue II à l’automne 2017 a été une révélation : la quantité de plastique flottant dans les océans et le danger que cette pollution représente ne font plus débat. The UK government has launched a consultation into using the tax system to encourage more responsible use, harnessing any money raised from tax changes to encourage the creation of new green products and services – a business opportunity to be grasped. A further £20 million has been earmarked for businesses and universities to research ways to reduce the impact of plastics, looking at the whole supply chain and at single-use plastics in particular, creating further scope for innovation.

L’UE a aussi proposé une stratégie ayant pour but de recycler 55 % de tous les plastiques d’ici 2030 ; seuls 30 % des 25 millions de tonnes de déchets plastiques créées en Europe sont actuellement collectées pour être recyclées. Les entreprises, qu’importe leur taille et le secteur dans lequel elles opèrent, doivent repenser leur utilisation du plastique et leur façon de gérer son élimination, même si cela implique simplement de réduire les emballages plastiques ou de s’assurer que les plastiques utilisés puissent (si possible) être recyclés.

Les entreprises peuvent s’impliquer. En 2016, HP a fabriqué plus de 3,4 milliards de cartouches d’encre et de toners à partir de plus de 88 900 tonnes de matériaux recyclés, dont 3,7 milliards de bouteilles en plastique. Et en intégrant les collecteurs de bouteilles haïtiens dans sa chaîne d’approvisionnement, HP leur a permis d’accéder à des opportunités économiques et d’améliorer la qualité de vie de leurs familles.

3. L’eau au centre des préoccupations

Une grande partie des discussions au sujet de la durabilité concerne l’utilisation d’énergie et les émissions de gaz. Cependant, la façon dont les entreprises utilisent l’eau attire de plus en plus l’attention. D’énormes quantités d’eau sont utilisées dans le domaine de la fabrication, surtout dans les secteurs de l’électronique, de l’alimentaire et des boissons, du papier et dans l’industrie minière. Elle permet de refroidir, de transformer, d’assainir, d’irriguer et de nettoyer, sans parler des processus impliquant de la vapeur ou des chaudières. Une analyse de McKinsey montre que, d’ici à 2030, la demande en eau pourrait être 40 % supérieure aux ressources, et bien que ces préoccupations touchent peu de personnes en Europe, plus de la moitié de la population mondiale vit dans des zones pauvres en eau. Si les entreprises dotées de chaînes de fabrication ou d’approvisionnement internationales n’ont pas encore commencé à penser à l’eau, c’est le moment de s’y mettre.

4. L’impression 3D, une nouvelle révolution industrielle

La technologie est trop souvent vue comme l’ennemi de la durabilité, alors qu’elle peut aussi jouer un rôle important dans la mise en œuvre de solutions durables. L’impression 3D, ou fabrication additive, qui consiste à « imprimer » des objets en 3D couche par couche à l’aide d’immenses imprimantes, a le pouvoir de transformer les chaînes de fabrication et d’approvisionnement. Elle permet en effet aux fabricants de produire des marchandises à plus petite échelle, voire à la demande, dans des micro-usines économes en énergie situées à proximité des endroits où résident leurs clients. Elle présente des avantages clairs pour les entreprises : réduction des coûts de transport, des déchets et de l’espace de stockage, et possibilité de gérer des inventaires virtuels, voire de ne lancer la fabrication qu’au moment et à l’emplacement d’une demande. Les avantages en termes de durabilité sont aussi évidents : réduction de la quantité de matériaux gaspillés et des émissions liées à la distribution. Selon une étude de l’Energy Policy Journal, l’association entre l’impression 3D et des chaînes d’approvisionnement locales pourrait permettre de réduire les émissions de carbone mondiales de 535,5 millions de tonnes d’ici 2025. Avec sa technologie Multi Jet Fusion, HP est un acteur clé dans ce domaine.

5. L’impact de l’apprentissage automatique et de l’IA

Dans les dix prochaines années, l’apprentissage automatique, l’IA et l’automatisation impacteront toutes les entreprises, et celles-ci devront réfléchir à la meilleure manière d’en tirer des bénéfices sans provoquer de graves conséquences sociales. Ceci dit, ces technologies peuvent être mises à profit pour favoriser la durabilité. En Allemagne, Solactive AG s’est associé à Deutsche Bank pour développer un index de durabilité fonctionnant grâce au langage machine, qui contrôle les performances des sociétés écologiquement et socialement responsables en Europe, afin d’aider les entreprises qui favorisent la durabilité à faire des choix éclairés. Dans d’autres domaines, dont la logistique des parcs, la fabrication, les services et l’assistance, l’IA et l’apprentissage automatique pourraient aider les entreprises à fonctionner de manière plus durable (et rentable), voire leur permettre de faire fonctionner leurs locaux de façon plus efficace et éco-énergétique, à l’aide de capteurs intégrés. Grâce à l’analyse prédictive, même des secteurs comme l’agriculture peuvent en bénéficier. Des exemples existent déjà, avec des technologies qui produisent des diagnostics plus précis sur les maladies des cultures et proposent un meilleur ciblage des arrosages de pesticides.

6. Opter pour la téléprésence grâce à la RV et à la RA

Il est difficile de faire le lien entre la durabilité et la réalité virtuelle (RV) ou la réalité augmentée (RA). Pourtant, ces technologies présentent un immense potentiel en matière de réduction des émissions de carbone grâce à la limitation des voyages d’affaires. Le secret, c’est la téléprésence : la possibilité qu’offrent la RV et la RA de se rapprocher d’une présence physique lors de réunions, de formations et de travaux collaboratifs, tout en évitant à toutes les personnes concernées d’être au même endroit au même moment. La RV et la RA vont offrir des opportunités commerciales aux entreprises innovantes et permettre aux autres sociétés de gagner du temps, de l’argent et – à leur échelle – de préserver la planète.

7. Blockchain et transparence de la chaîne d’approvisionnement

La blockchain est principalement connue pour être la technologie derrière le Bitcoin, mais elle pourrait aussi transformer la façon dont les entreprises gèrent et contrôlent leurs chaînes d’approvisionnement à l’international. Elle permet aux entreprises de suivre les déplacements des marchandises et des matériaux, de savoir où ils se trouvent et de suivre chaque transaction tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Connecter les fournisseurs, les fabricants et les intermédiaires via une Blockchain multiplie les possibilités d’optimiser les trajets, de réduire les émissions de carbone comme de déchets et réduit l’impact global sur l’environnement. La blockchain sert aussi à améliorer la transparence, pour que tout le monde sache d’où viennent les matériaux et si ceux qui les produisent ont également adopté des pratiques commerciales durables. Le minage de Bitcoin, très énergivore, est loin d’être durable, mais les autres usages de la blockchain sont susceptibles de rétablir l’équilibre.

Les tendances décrites ci-dessus ne concerneront pas toutes les entreprises, mais elles donneront de nouvelles idées concernant les mesures pour progresser en matière de durabilité. Il s’agit peut-être de réfléchir à des moyens de réduire vos déchets ou d’utiliser des technologies innovantes pour améliorer votre efficacité. Il s’agit aussi sans doute de vous interroger sur les produits et les services que vous achetez, ainsi que leur provenance. Avec la bonne approche, la durabilité n’est plus ce jeu de règles et de normes coûteuses, elle est la preuve que vous vous souciez de l’avenir sur le long terme, pour votre entreprise, la communauté et la planète.

Rose de Fremery 08/16/2018 4 Min de Lecture

Faites un pas de plus vers la durabilité informatique, grâce à l&r…

Pas besoin de s'appeler Al Gore pour voir que la durabilité a le vent en poupe — surtout dans le domaine des technologies. Entre les phénomènes...

Joe Hewitson 07/19/2018 3 Min de Lecture

Donnez un nouveau souffle à votre lieu de travail avec les nouvell…

Les nouvelles technologies qui arrivent sans cesse prennent d'assaut votre plan d'infrastructure. Plutôt que de vous laisser dépasser par l'évolution...

Tektonika Staff 06/28/2018 4 Min de Lecture

L’automatisation du parc informatique, ce super-pouvoir qui …

Pour de nombreuses DSI, la gestion des équipements personnels et leurs environnements hétéroclites, le suivi des mises à jour et l'installation...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués d'un astérisque *.